Des exportations pour un développement durable

 
Pays / Territoires

Structure et caractéristiques du marché intérieur du coton : vue macro

  • Chapitre 6 - Profils de marchés -Turquie

    Le coton cultivé en Turquie est du type upland Gossypium hirsutum, un coton dont la fibre, de par ses caractéristiques, se prête à la plupart des applications textiles. Les différentes tentatives de produire du coton à longue fibre n'ont à ce jour pas été très concluantes. Par conséquent, même en période d'autosuffisance pour le coton upland, l'industrie textile turque aura toujours besoin d'importer du coton à fibre longue et extra longue.

    Le coton a toujours été produit dans les régions d'Aegean, d'Antalya, de Çukurova et dans le sud-est. Selon le recensement de 2001, près de 130 000 agriculteurs s'adonnent à la cotonculture, avec un rendement moyen d'environ 1 350-1 400 kg par hectare, ce qui fait de la Turquie le pays où les rendements sont les plus élevés au monde.

    Au cours des 60 dernières années, la production de coton en Turquie a été multipliée par 24, alors que la production mondiale n'était multipliée que par 5,3. De la même manière, la consommation intérieure de coton a été multipliée par 36 alors que la consommation mondiale n'était multipliée que par 5,35.

    Les importations de coton sont devenues de plus en plus nécessaires pour répondre à la demande croissante d'une industrie du textile et des vêtements en plein essor, surtout après 1993 lorsque la Turquie est devenue importateur net de coton et que les exportations de coton ont considérablement diminué.

    Les Unions de coopératives de vente de produits agricole (ASCU) jouent un rôle considérable dans la filière cotonnière, Taris (Aegean), Antbirlik (Antalya) et Çukobirlik (Méditerranée et sud-est) fournissent en effet les intrants agricoles (graines, engrais, produits chimiques), offrent un financement à leurs membres, achètent le coton graine et, après égrenage, vendent la fibre de coton sur le marché intérieur ou à l'exportation.

    Taille du marché et prix

    Le marché annuel de la fibre de coton avoisine les 1,5 millions de tonnes, pour une valeur d'environ $E.-U. 2 milliards, à raison d'un prix moyen de 60 cents la livre.

    Pendant la récolte et l'égrenage, les prix du coton graine sont fixés sur les marchés locaux et reflètent le prix auquel le coton s'échange entre les cotonculteurs et les égreneurs. Le coton graine est aussi acheté par des intermédiaires qui le revendent ensuite aux égreneurs de la région. Le prix du coton graine est étroitement lié aux prix en vigueur pour la fibre de coton et aux prix de l'huile de coton.

    Jusqu'en 1993, le gouvernement appliquait une mesure de soutien des prix par le biais de l'ASCUs. Depuis 1998, les cotonculteurs perçoivent des "primes" qui contribuent grandement au maintient de la production intérieure.

    La récolte a lieu entre août et novembre. L'égrenage débute fin septembre et peut durer jusqu'à mars ou avril de l'année suivante. Les prix du coton graine sont continuellement enregistrés et rendus publics par les bourses de marchandises locales.

    La figure 6.26 est un diagramme simplifié qui reflète les circuits de commercialisation du coton en Turquie. Les principaux intervenants sur le marché sont les ASCU, les filateurs et les négociants. Il existe un marché au comptant qui fonctionne bien, à savoir la Bourse de marchandises d'Izmir (IME) qui est active depuis 1891. Les transactions se font à la criée sur la base de séances de seulement 10 minutes par jour ouvrable. Bien que l'essentiel du coton échangé concerne du coton Aegean (Izmir), d'autres origines intérieures et du coton provenant de pays voisins peuvent aussi être négociés. Les prix du coton fibre établis à l'IME sont enregistrés et annoncés chaque jour.

    Figure 6.26: Circuits de commercialisation du coton graine et de la fibre de coton en Turquie

    Depuis le début des années 90, le marché du négoce du coton est entièrement libéralisé en Turquie, aucune restriction à l'importation ou à l'exportation n'étant appliquée. Les prix sur le marché intérieur du coton suivent de près les prix mondiaux, ces derniers étant représentés par l'Indice A de Cotlook. Il convient de souligner que les prix du marché intérieur sont généralement plus élevés que les valeurs de l'Indice A de Cotlook (voir figure 6.27).

    Figure 6.27: Comparaison des prix intérieurs du coton Std.1 Aegean et de l'Indice A de Cotlook, 1er septembre - 31 août 2006

    Qualités de coton fournies par l'industrie nationale

    Selon les normes officielles actuellement en vigueur, le coton national est classé en fonction de trois paramètres : longueur de la fibre, grades de couleur et charge, et régions de production.

    L'essentiel de la récolte est égrenée par égreneuse à rouleau, alors que de 10% à 15% sont égrenés à l'égreneuse à scies (les installations appartiennent principalement aux trois ASCU qui en assurent aussi le fonctionnement). Taris a récemment investit dans des installations d'égrenage à scies dans quelques coopératives, ce qui a permis d'accroître la proportion de coton ainsi égrené. L'utilisation d'égreneuses à scies se développe avec l'augmentation considérable du nombre de récolteuses, notamment dans la région d'Aegean, où le coût de la récolte manuelle est devenu prohibitif.

    Pour une campagne cotonnière normale, le pourcentage de coton Std. (blanc) est de 70%-85%, alors que la quantité de HB 1 (légèrement teinté) avoisine environ 10%-15%, le reste concernant d'autres qualités.

    Qualités de coton obtenues à l'étranger et dans quels pays

    L'essentiel du coton importé est aussi du type "upland", pour lequel le déficit est considérable. Le prix du coton importé étant généralement inférieur au prix du coton intérieur, les filateurs essaient toujours de trouver, pour une qualité donnée, du coton importé meilleur marché. En outre, le coton peu ou pas contaminé a la priorité pour les filateurs qui produisent du fil destiné à l'exportation ou à la fabrication de tissu pour les marchés étrangers (sous forme de tissu ou de vêtements). Enfin, la demande de coton upland de qualité inférieure est relativement importante, pour autant que le fil obtenu à partir de ce coton ou à partir de mélanges soigneusement préparés réponde aux exigences de qualité de base. Cela vaut tout particulièrement pour les types de coton très utilisés pour produire des fils open-end ou en filature à anneau de soie courte utilisés pour la fabrication de denim, de toile à essuie-mains, de linge de lit, etc.

    La majorité des importations de coton upland provient des États-Unis, de Grèce et de la République arabe syrienne. Les importations de coton d'Ouzbékistan, du Turkménistan, d'Azerbaïdjan, du Tadjikistan et récemment du Brésil, d'Australie et d'Inde, concernent intégralement du coton upland de grades similaires.

    Si l'on remonte sur l'échelle de la qualité, il existe aussi une demande croissante de coton upland de qualité supérieure, utilisé pour produire des fils peignés ou cardés fins de très grande qualité, tels du Ne 40 ou 50. Du coton "Acala" est importé à cet effet, principalement des États-Unis (Californie) et d'Israël.

    Toujours en ce qui concerne le coton importé, il convient de mentionner les variétés à longue fibre (LS) et à fibre extra longue (ELS) utilisées pour produire des fils très fins (Ne 60 ou plus) jusqu'à 140 pour tissage ou tricot cardé ou peigné, y compris du lin très doux, des serviettes, des sorties de bain, des tissus chemise de très grande qualité et des T-shirts. Ce coton est importé d'Égypte (Giza) et des États-Unis (Pima).

    Le tableau 6.11 contient le détail des importations de coton de la Turquie pour les principaux pays exportateurs depuis 1996. L'analyse de ce tableau révèle que près de 90% des importations proviennent de seulement cinq pays (États-Unis, Grèce, République arabe syrienne, Turkménistan et Ouzbékistan). Les importations annuelles d'Afrique de l'ouest et centrale avoisinent les 5 000 tonnes.

    Type de coton exporté et pays de destination

    L'essentiel des exportations concerne du coton à fibre courte et moyenne en provenance des régions du sud-est et de Çukurova. Nombre d'importateurs préfèrent le coton turc égrené au rouleau pour qualité relativement meilleure en termes de longueur de fibre et de résistance, alors que d'autres optent pour du coton égrené à l'égreneuse à scies pour sa charge moins élevée.

    Au cours des 10 dernières années, les exportations annuelles de coton de la Turquie se sont limitées à 40 000-60 000 tonnes, dont l'essentiel était destiné aux pays européens ou aux zones de libre-échange (ZLE) de la Turquie, à partir desquelles il peut être réimporté en Turquie.

    Production nationale

    La production nationale de coton s'est située autour de 900 000 tonnes par an ces dernières années. Les régions de Çukurova et d'Antalya, ainsi qu'une partie de la région d'Aegean, ont enregistré une baisse marquée de leur production due à l'augmentation des coûts de production et aux importations à bas prix. L'augmentation des primes versées n'a guère encouragé les agriculteurs à revenir au coton dans ces régions.

    La production de coton dans le cadre du projet GAP d'Anatolie du Sud-est a néanmoins progressivement augmenté parallèlement à l'expansion des surfaces irriguées. Cette région est considérée comme la seule région où la production est susceptible d'augmenter. Les coûts de production dans la région du projet GAP sont relativement faibles par rapport à ceux d'autres régions, ce qui signifie qu'un nombre croissant d'agriculteurs de cette région se lancent dans le coton.

    Exigences de qualité particulières de l'industrie textile nationale

    Les exigences de qualité des filateurs nationaux peuvent être décrites comme suit : paramètres de qualité constants (couleur, micronaire, longueur de fibre, résistance, uniformité, allongement, etc.) et absence de contamination.

    Suite à l'adoption d'un règlement visant à éliminer ou à minimiser la contamination, l'utilisation de sacs de ramassage 100% coton est devenue obligatoire. Les ASCU, notamment Taris, sont à l'avant-garde de la campagne contre la contamination (facteur tout aussi important à l'importation).

     
     
  • Événements à venir

    • Loading...